Pourquoi la CEVES ?

On nous dit que le Québec et le Canada sont verts. On nous dit que les gouvernements, les entreprises et les institutions de partout sont en transition. Pourtant, on continue d’extraire le pétrole et le gaz du sol, de violer les territoires ancestraux des Premières Nations autochtones, d’ancrer nos économies dans l’extraction des ressources premières d’Afrique ou d’Amérique du Sud. C'est devant cette incohérence que nous, jeunes et moins jeunes de partout au Québec, avons décidé de nous rassembler sous un même mouvement.

Manif 27 septembre 2019 à Québec

Qui sommes-nous ?

Les populations étudiantes secondaires, collégiales et universitaires du Québec s’unissent pour réclamer des actions collectives radicales. La Coalition étudiante pour un virage environnemental et social (CEVES) rassemble ces étudiant.e.s de partout au Québec qui ont transformé leur peur en actions collectives. La justice environnementale doit nous amener à changer profondément notre société, dès maintenant.

En nous alliant à tous ceux et toutes celles qui partagent cette vision - peuples autochtones, associations étudiantes, centre de recherche, organisations environnementales et sociales - nous voulons ancrer notre démarche dans des principes d'inclusivité et de démocratie. Nous pensons que nous pourrons dépasser l’individualisme et proposer un modèle de société libéré des oppressions sur la terre et les êtres qui l'habitent.

Manif 27 septembre 2019 Montréal

Quels sont nos moyens d'action ?

La CEVES adopte une approche combative, souhaitant mettre en oeuvre une escalade de moyens de pression permettant la défense de la justice environnementale. S’imposant désormais comme un des plus gros mouvements sociaux au Québec, elle a notamment organisé des événements à grande échelle, comme les marches pour le climat du 15 mars et du 27 septembre, diverses manifestations locales ainsi que des occupations, tout en continuant d’alimenter les réflexions au sein des diverses bases militantes.

Léo levant le poing dans la foule à la manif du 27 septembre 2019, Montréal

Notre revendication

Concrètement, la CEVES revendique la mise en place immédiate d’un plan d’urgence climatique s’adressant aux gouvernements, aux entreprises, aux institutions éducatives et aux autres acteurs de la sphère publique. Ce plan doit s’ancrer fermement dans les sept principes suivants :

  1. Respecter la science et les savoirs autochtones;
  2. L’adoption d’une loi climatique qui, par des cibles annuelles contraignantes, forcerait l’atteinte de la carboneutralité en 2030 et la réduction des émissions de gaz à effets de serre à un niveau équitable face au reste de la population mondiale selon sa capacité de rétention de carbone, la taille de sa population et son historique de pays colonisateur et industriel du Nord Global;
  3. Exiger la mise en œuvre complète de la Déclaration des Nations unies sur les droits des peuples autochtones, jusqu’à consultation des communautés autochtones concernées;
  1. Assurer la protection des communautés vulnérables du Canada, particulièrement des communautés racisées qui sont touchées disproportionnellement par la crise climatique;
  2. Œuvrer en collaboration avec les populations du globe qui sont disproportionnellement affectées par la crise climatique en reconnaissant la responsabilité historique du Canada envers ces populations;
  3. Exiger la mise en œuvre à tous les paliers d’éducation de la Stratégie québécoise d’éducation en matière d’environnement et d’écocitoyenneté développée par la Coalition Éducation, Environnement, Écocitoyenneté;
  4. Exiger un arrêt complet et immédiat de tout projet d’exploration, d’exploitation et de transport d’hydrocarbures en parallèle à des formations professionnelles visant à faciliter la mobilité et le transfert de la main d’œuvre des secteurs concernés vers ceux des énergies renouvelables.

Je veux m'impliquer



Pour contacter les administrateurs.trices de ce site :

admin@ceves.ca